4 façons dont l’alcool affecte négativement la qualité du sommeil

4 façons dont l'alcool affecte négativement la qualité du sommeil
  • Bien que l’alcool puisse vous aider à dormir temporairement, il ne conduit pas à un sommeil de meilleure qualité.
  • En fait, l’alcool peut affecter négativement la qualité de votre sommeil la nuit, ce qui entraîne un sommeil moins réparateur et moins réparateur.
  • L’alcool n’est pas un traitement efficace des problèmes de sommeil et ne doit pas être utilisé pour vous aider à vous endormir.
  • Cet article a été examiné médicalement par Raj Dasgupta, MD, professeur agrégé de médecine clinique dans la division de médecine pulmonaire, de soins intensifs et du sommeil à l’USC Keck School of Medicine.
  • Cette histoire fait partie du guide d’Insider sur la façon de mieux dormir.

Oui, l’alcool peut vous rendre somnolent et vous aider à vous endormir, mais en général, cela se traduit par une qualité de sommeil plus mauvaise la nuit.

«Lorsque vous buvez quelque chose d’artificiel pour induire le sommeil ou prolonger le sommeil, comme l’alcool, cela ne fait rien pour restaurer votre cerveau et votre corps», déclare Keith Heinzerling, MD, interniste et spécialiste en médecine de la toxicomanie au Providence Saint John’s Health Centre. . « Ce n’est pas le même bon sommeil que vous obtiendriez si vous vous endormiez naturellement sans l’aide de ce sédatif. »

Environ 30% des personnes souffrant d’insomnie déclarent consommer de l’alcool pour les aider à dormir. Mais ce n’est pas un traitement efficace pour les problèmes de sommeil. En fait, voici quatre façons dont l’alcool peut affecter négativement la qualité de votre sommeil.

1. L’alcool perturbe vos rythmes circadiens

L’alcool peut perturber vos rythmes circadiens, ce qui vous aide normalement à vous endormir la nuit.

Les rythmes circadiens sont définis par l’horloge interne de votre corps. Ces cellules nerveuses du cerveau coordonnent vos fonctions physiologiques quotidiennes et préparent votre corps à dormir la nuit.

L’un des moyens les plus importants pour l’alcool de perturber ce rythme est de supprimer la production de mélatonine, une hormone également produite par ces cellules nerveuses qui favorise davantage le sommeil.

Une étude de 2007 publiée dans Chronobiology International a même révélé qu’une quantité modérée d’alcool consommée une heure avant le coucher réduisait la production de mélatonine.

Les participants à l’étude ont bu environ 0,5 g de vodka par livre de poids corporel, et environ deux heures et demie plus tard, leur taux de mélatonine a chuté de 19% par rapport à ceux qui ne buvaient pas d’alcool.

2. L’alcool bloque le sommeil paradoxal

Une revue de 2013 de 27 études de recherche publiées dans la revue Alcoholism: Clinical and Experimental Research a révélé que l’alcool réduit la quantité globale de sommeil paradoxal.

REM, ou mouvement oculaire rapide, est le stade du sommeil qui stimule certaines parties du cerveau pour aider à la consolidation de la mémoire et à l’apprentissage. Le manque de sommeil paradoxal peut contribuer à d’autres problèmes de santé, tels que la dépression et l’anxiété, et peut augmenter votre risque de développer une démence.

Habituellement, votre premier cycle REM se produit environ 90 minutes après l’endormissement, mais après avoir bu de l’alcool, le début du sommeil paradoxal est retardé. Selon la revue de 2013, plus vous buvez avant de vous coucher, moins vous aurez de sommeil paradoxal.

De plus, comme l’alcool est métabolisé et quitte votre système, vous êtes plus susceptible de vous réveiller, ce qui entraîne un sommeil moins réparateur la nuit.

3. L’alcool peut provoquer des mictions fréquentes la nuit.

L’alcool est un diurétique, ce qui signifie qu’il augmente la miction plus que de consommer la même quantité de liquides sans alcool, dit Heinzerling.

C’est parce que l’alcool supprime la vasopressine, une hormone qui régule la quantité d’eau absorbée par les reins. Sans le niveau approprié de cette hormone, les reins stockent moins d’eau et en mettent plus dans la vessie pour uriner.

Une petite étude de 2010 publiée dans Alcohol and Alcoholism a examiné les effets diurétiques d’un litre de bière chez 12 hommes. Les chercheurs ont constaté que la production d’urine des sujets augmentait de 2% à 4% par rapport à la consommation d’une boisson non alcoolisée.

4. L’alcool aggrave les problèmes respiratoires pendant que vous dormez

L’alcool déprime le système nerveux central et ralentit la fréquence cardiaque et le système respiratoire, ce qui peut rendre la respiration difficile. Lorsqu’elle est prise avec d’autres sédatifs, tels que des somnifères, l’association peut même être fatale.

L’alcool détend également les muscles respiratoires, ce qui peut exacerber les problèmes respiratoires chez une personne souffrant d’apnée du sommeil, ainsi que provoquer des symptômes d’apnée du sommeil, tels que le ronflement, chez les personnes non atteintes.

L’apnée du sommeil, ou lorsque vous arrêtez temporairement de respirer la nuit, est une perturbation majeure de la qualité de votre sommeil, même si vous ne vous souvenez pas vous être réveillé, dit Heinzenberg.

«La respiration est inhibée par le fait que les voies respiratoires sont détendues», explique Heinzenberg. « Et les sédatifs, en particulier l’alcool, même chez une personne sans apnée du sommeil, réduisent les réflexes qui maintiennent les voies respiratoires ouvertes. »

La ligne du bas

Parce que l’alcool peut inhiber un sommeil réparateur, Heinzenberg recommande d’éviter de boire ces boissons pour vous aider à vous endormir.

D’autres boissons peuvent mieux fonctionner. Par exemple, une tasse chaude de thé à la camomille peut favoriser la somnolence sans les effets nocifs de l’alcool.

En général, si vous avez constamment du mal à vous endormir ou à rester endormi, parlez-en à votre médecin pour identifier et traiter la source de vos problèmes de sommeil.

5 avantages pour la santé des humidificateurs et comment en utiliser un droit
5 des problèmes de sommeil hivernaux les plus courants

Laisser un commentaire